Quand l’écologie entre en ville

En dépit d’une réticence historique des écologues à travailler sur la ville, l’écologie urbaine a connu une importante expansion ces dernières années. Qu’elle se focalise sur les espaces verts en ville ou sur la ville comme ‘anthropo-écosystème’ dans son ensemble, l’écologie urbaine est appelée à jouer un rôle croissant non seulement dans la connaissance mais aussi dans la gestion et l’aménagement des villes. Pourtant, l’intérêt des sciences de la conservation pour la ville demeure encore très relatif. La majorité des publications dans ce domaine se concentre toujours sur les espaces éloignés de la ville et supposés les plus préservés de l’influence anthropique. La ville constitue encore un (relatif) impensé de l’écologie.

Le projet proposé consiste en l’organisation d’un colloque international de deux jours visant à confronter les regards sur les institutions, mécanismes et valeurs qui ont jusqu’à présent freiné, et désormais stimulent, la production des connaissances écologiques sur la ville, ainsi que sur la diversité des agendas à l’œuvre en écologie urbaine et leurs rapports à l’aménagement et aux politiques de la ville. Dans une perspective interdisciplinaire, l’objectif de cet évènement est de réunir chercheurs des sciences humaines, sociales et de la vie (anthropologie, sociologie, géographie, économie, droit, sciences de la conservation, science studies, etc) et gestionnaires urbains en croisant différents champs d’expertise et aires culturelles. L’ambition de ce projet est de contribuer à la constitution d’un réseau international et transdisciplinaire sur l’écologie urbaine. Les résultats du colloque seront valorisés par l’édition d’un ouvrage collectif.

Participants:

Dr Joelle Salomon Cavin, Université de Lausanne, Institut de Géographie et Durabilité

Dr Celine Granjou, IRSTEA, Equipe de recherche TRACES

Prof. Valérie Boisvert, Université de Lausanne, Institut de Géographie et Durabilité

Prof Juliet Fall, Université de Genève, Département de Géographie et environnement

Dr. Fabien Girard, Université de Grenoble Alpes, Faculté de Droit